À partir des deuxième et troisième jours de la conférence « Co-gouvernance, coresponsabilité dans les villes aujourd’hui », un nouveau concept de citoyenneté se dégage, fondé sur une participation déclinée dans tous les domaines de la vie urbaine : la capacité des citoyens à gérer les blessures des villes. La confiance et l’espoir étaient des mots récurrents, des perspectives à vivre, des valeurs à reconquérir.

La capacité des citoyens à gérer les blessures des villes« Dans certains quartiers de Medellin, il existe des populations très résilientes. Elles essaient de construire leur ville dans la ville, une ville dans la banlieue ». L’expérience pilote de la ville colombienne dans laquelle ils sont partis de quartiers nés de migrations forcées pour mettre en œuvre des projets urbains globaux est un type de planification urbaine. « Nous avons commencé à impliquer les citoyens à partir de projets, parce que les aménagements appartiennent aux citoyens », a expliqué Federico Restrepo. Il est ingénieur et ancien directeur de l’EPM de la ville colombienne. Et en ce qui concerne le problème de l’immigration, qui augmente également en Colombie depuis le Venezuela voisin, il a confirmé que la solution n’était pas de construire des murs : « Nous avons la responsabilité de construire des relations entre la ville et les régions environnantes, afin de résoudre ce problème social que notre société traverse ».

La capacité des citoyens à gérer les blessures des villesMelchior Nsavyimana, Burundais, professeur à l’Institut régional pour l’intégration et le développement à Nairobi part des défis et de la fragilité des villes d’aujourd’hui et demande quel espoir il y a pour l’avenir : « Selon les données de la Banque mondiale (2017), le continent africain ne dispose que de 68 milliards de dollars pour couvrir les besoins en infrastructures de base ; le chiffre est très insuffisant. La ville de demain doit être réinventée en plaçant le citoyen au centre des politiques urbaines, de ses besoins et de son avenir ».

 

La capacité des citoyens à gérer les blessures des villesParmi les plus grands défis auxquels les villes sont confrontées dans toutes les latitudes, figure celui de la communication. Fadi Chehadé, ancien directeur général de l’ICANN et fondateur de Vocado en parle. « Nous devrions cesser de parler de villes intelligentes, mais plutôt de villes ‘vivables’, où la technologie est vraiment au service de l’homme. Aujourd’hui le seul moyen par lequel les administrations peuvent contrôler le pouvoir de la technologie et ses multinationales vont de bas en haut, c’est-à-dire à partir des citoyens. C’est le bon moment pour inverser la tendance et expliquer pourquoi il faut écouter la parole des citoyens ». Et sur le grand thème de l’éthique en relation avec la technologie : « Nous devons créer un système numérique dans lequel il y a des valeurs ; la technologie des algorithmes dont nous avons peur est précisément celle qui a la solution en elle-même. Tout dépend de la façon dont nous l’utilisons. Même dans la Silicon Valley, certains le pensent déjà. Cette idée n’est donc pas loin de la réalité ».

0 0 0