5- Vie sociale, Art

Des informations pour la session SSF à Lille

Voici des informations pour la session SSF à Lille


Pour participer à Lille, s’inscrire ici (Forfait participation = 20 €)
Pour participer en ligne, s’inscrire ici (Forfait participation = 30 €)

Déjeuners : repas au self de la Catho (11 €) ou pique-nique (7 €).

Hébergement (2 nuits) :

  • possible chez l’habitant (demander auprès de l’organisation en cliquant sur le lien prévu)
  • ou en hôtel (Adagio ou ResidHotel avec coin-cuisine, à proximité)

Dieu pleure à Kiev

Michel Pochet, artiste peintre, sur son compte Facebook : Dieu pleure à Kiev


 Source : www.facebook.com/michel.pochet.5

Une action d’intégration d’immigrés

Une action d’intégration d’immigrésC’est le travail de Caroline P. engagée dans une action d’intégration d’immigrés avec sa structure. Ce n’est pas du bénévolat dans lequel beaucoup sont engagés, également. Elle nous le raconte.

Le cadre de l’action

« Dans le cadre de mon travail, j’ai pris part à une expérimentation permettant à des migrants régularisés sur le sol français, quelque soit leur statut, leur âge, leur origine sociale et géographique (hors UE) de valider leur expérience professionnelle.

Le dispositif est parti du constat que :

  • 45% des personnes âgées entre 25 et 36 ans ayant signé le Contrat d’Intégration Républicaine, avaient déjà eu une expérience professionnelle dans leur pays
  • Et qu’il y avait 400 000 emplois non pourvus en France

Ce dispositif apparait donc comme LA solution pour les migrants et les entreprises françaises.

Cependant, au fil de l’accompagnement de ces personnes, il s’est avéré que c’était bien plus qu’une certification qu’elles venaient chercher, mais bien une reconnaissance de ce qu’elles sont en tant qu’humain. »

La prise en compte de leur vécu antérieur
La suite >

Ouvrons la porte au bon voisinage

ouvrons la porte au bon voisinageOuvrons la porte au bon voisinage. De son petit village – comme elle écrit – Marthe nous envoie le récit d’un épisode de leur vie de voisinage, à elle et son mari.

“Nous avons un voisin âgé, Robert, que nous ne connaissions pas. Nous savions qu’il était veuf. D’ailleurs nous l’avions appris tardivement, tellement ils étaient discrets, lui et son épouse.”

Faire connaissance par un ami commun

“Un jour, un de nos amis B. vient demander de l’aide à mon mari pour sa tondeuse en panne. Il était en train de tondre le jardin de Robert. Il va régulièrement entretenir son jardin pour lui rendre service. On est au mois de juin et les herbes sont hautes, il faut tondre souvent.

Mon mari, aussitôt est allé lui donner un coup de main. Il s’avère qu’il utilisait la tondeuse communale (il est employé communal).

Mon mari lui propose donc de finir de tondre avec notre matériel car ce n’était pas correct d’emprunter la tondeuse communale bien que ce soit pour une bonne cause. Et de continuer par la suite.”

De la rencontre à l’accompagnement

“Mon mari a ainsi fait la connaissance de Robert. Il a été choqué par son mauvais état physique car il se nourrissait mal. Depuis le décès de sa femme, il était déprimé et se laissait aller.

Nous avions un voisin malheureux juste à deux pas de chez nous et le savions pas !

Robert n’avait pas de famille pour le soutenir sauf une sœur mais plus âgée que lui et éloignée géographiquement.

Mon mari s’est décidé à lui faire à manger un jour sur deux (moi j’étais à l’extérieur par mon travail). Préparant le repas pour deux à la maison il traversait la rue avec tout son matériel et déjeunait avec lui. Il lui remontait le moral.

Le dimanche midi, nous l’invitions à déjeuner en essayant de faire des plats qu’il aimait.

En parallèle, B. notre ami lui faisait les courses.  C’était beau de voir l’élan du cœur de ces deux hommes pour Robert.

C’est en voyant leur attitude que j’ai été aspirée dans cette spirale d’entraide.Ouvrons la porte au bon voisinage

Au bout de quatre mois sa santé a décliné et il n’avait plus le goût de vivre. Lorsque son chat/compagnon est mort et avec l’arrivée de l’hiver, il a décidé de ne plus se lever. Alors avec l’infirmière qui passait tous les jours nous nous sommes relayés pour lui préparer les repas. Une belle connivence s’est installée avec cette infirmière très généreuse.

C’était difficile de convaincre Robert de manger. Petit à petit, il déclinait. Puis il a fallu l’hospitaliser.”

Jusqu’à devenir sa famille…

La suite >

Journée Nationale Citoyenneté-Fraternité

Ce samedi 25 septembre, un nombre important d’associations qui comptent dans le paysage national s’engagent pour une Journée Nationale Citoyenneté-Fraternité.

Journée Nationale Citoyenneté-Fraternité

Dans leur appel, les associations qui sont à l’initiative déclarent :

Parce que la rentrée 2021 sera déterminante pour l’avenir de notre pays. Parce que l’union entre générations, entre voisins, entre habitants, n’a jamais été aussi nécessaire. Parce que la contribution de chacun d’entre nous n’a jamais été aussi décisive pour le bien commun. Faisons du 25 septembre un grand moment de rassemblement pour plus de citoyenneté et de fraternité. Organisons et soutenons toutes les initiatives, qu’elles soient simples ou plus ambitieuses. Montrons ainsi que la consolidation des liens sociaux est avant tout l’affaire des acteurs de terrain.

Nous sommes en phase avec la nécessité de renforcer les liens de fraternité. Participons là où nous avons connaissance d’un événement en rapport.

Notre média Nouvelle Cité est partenaire de cette journée.

Pour des informations complémentaires : jncf.fr