4- Santé, écologie

Réclamer le vaccin pour tous (MaJ le 21/05/21)

Catherine Belzung l’avait suggéré, plus d’une centaine de scientifiques et de personnalités l’avaient suivie en lançant un appel, une campagne de signatures avait appuyé ces positions, il est temps de lancer une campagne pour Réclamer le vaccin pour tous auprès des responsables des décisions. Cette campagne débutera par une conférence de presse qui se tiendra le jeudi 20 mai 2021 à 13h00. Cette conférence sera à suivre sur YouTube :

Réclamer le vaccin pour tous

Conférence de Presse : Un Vaccin pour Tous – À revoir sur YouTube

Intervenants : Alessandra Smerilli (Italie) – Sous-secrétaire du Dicastère au service du développement humain intégral qui coordonne le groupe de travail Économie de la Commission du Vatican COVID-19 ; Yassine Lafram (Italie) – Président de l’Union des communautés islamiques d’Italie (UCOII) ; Mario Bruno (Italie) – Président du Mouvement Politique Pour l’Unité ; Conleth Burns (Irlande) et Klara Piedade (Brésil) – Jeunes Pour un Monde Uni du Mouvement des Focolari ; Gianfranco Cattai – Coordinateur Retinopera (Italie) ; Stefano Comazzi (Italie) – Président de l’ONG United World Action (Italie) ; Edson Galego (Brésil), agent de santé du «Barco Hospital Papa Francisco».

Modératrice : Lourdes Hèrcules (Guatemala).

La campagne débutera le 20 mai pour promouvoir l’accès de tous aux vaccins contre Covid-19 ainsi qu’une action symbolique pour apporter des soins aux populations autochtones de l’Amazonie. Elle est promue par un réseau international d’organisations de différentes cultures et religions.

Un mal mondial ne peut être vaincu qu’avec un bien commun mondial : une vaccination contre Covid-19 qui soit accessible à tous, donnant la priorité aux plus vulnérables et aux plus démunis de la planète, quels que soient leurs revenus individuels et nationaux. La décision de la communauté internationale est urgente : suspension des brevets pour les laboratoires pharmaceutiques ou contrats avec des quantités et des prix plus généreux pour les pays pauvres ou émergents.
La suite >

Un vaccin pour tous

Un vaccin pour tousDans le cadre de la Semaine Monde Uni du 1er au 9 mai, les jeunes du Mouvement des Focolari sont à l’action au terme du parcours “Dare to care” – “Oser prendre soin” lancé au mois de mai 2020 et les adultes assurent leur part sur des plans qui demandent une attention mondiale ou locale tel que Un vaccin pour tous.

Ce samedi 8 mai, de 14h00 à 15h30, se tiendra une conférence retransmise mondialement sur les médias du web pour demander aux dirigeants politiques, aux organisations mondiales, aux laboratoires, des décisions permettant Un vaccin pour tous. Des décisions qui mettent chaque être humain à égalité devant la maladie de la Covid.

14h00 – 15h30 : Un vaccin pour tous – Le lien commun dont notre monde a besoin maintenant – Avec Jeffrey Sachs, professeur en économie, Catherine Belzung, professeure en neuroscience, Salvatore Pirri, économiste et Pasquale Ferrara, ambassadeur.
À suivre avec les liens suivants : unitedworldproject.org ou youtube.com

Un vaccin pour tous

 

Covax pour distribuer gratuitement le vaccin

Covax pour distibuer gartuitement le vaccinUn mécanisme est en bonne voie pour fournir au moins 2 milliards de doses d’ici à la fin de l’année, dont au moins 1,3 milliard de doses à 92 pays et territoires à faible revenu participant au système de garantie du marché (AMC). COVAX pour distribuer gratuitement le vaccin contre la Covid.

Nous nous souvenons peut-être de l’appel de nombreux scientifiques et personnalités, relayant une suggestion de Catherine Belzung pour un vaccin gratuit pour la population mondiale en contrepartie d’une juste rémunération des chercheurs. Cette campagne n’a pas séduit les dirigeants mondiaux. On peut regretter que les pays à fort revenu se soient empressés de passer des contrats avec les laboratoires pour leur propre compte. L’OMS a, malgré tout, mis en place le mécanisme COVAX en faveur des pays dits “pauvres”.

Voir la présentation du mécanisme COVAX sur le site de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Dare to care : le défi de février

Aujourd’hui, nous vous présentons Dare to care : le défi de février.Dare to Care : le défi de février

Nous avons présenté Dare to care – Oser prendre soin, une initiative des jeunes du Mouvement des Focolari. Prendre soin de l’humain, prendre soin de la planète : les jeunes ont sollicité des adultes qui proposent le défi du mois de février.

Pour entrer dans le défi, cliquer sur le lien suivant : daretocare.fr. Il y sera possible de participer à la compensation carbone proposée ou/et de faire connaître l’engagement que vous avez pris. Ceux-ci seront présentés en bouquet, pour la planète.

Des panneaux photovoltaïques pour l’école de Farako Ba

Des panneaux photovoltaïques pour l’école de Farako BaLa nouvelle de la mise en place, la semaine dernière, des panneaux photovoltaïques pour l’école de Farako Ba au Burkina Faso, nous a fait plaisir, après les retards importants qu’a fait peser la Covid 19 sur ce type de travaux. Ce projet s’inscrit dans la volonté de membres d’Humanité Nouvelle en France de « compenser » les émissions carbone dues aux déplacements qu’ils ne peuvent éviter (nos déplacements sont l’une des principales sources des émissions carbone à l’origine du dérèglement climatique).

Un projet d’équipement « vertueux », pour compenser des émissions de carbone que l’on ne peut éviter.

En France, des membres d’Humanité Nouvelle avaient analysé en 2019 l’impact de leurs émissions « carbone » du fait des déplacements qu’il leur semble impossible d’éviter, dans cette idée de « compensation carbone » qui puisse financer une action qui Des panneaux photovoltaïques pour l’école de Farako Baréduira d’autant le carbone émis[1]. Avec l’ensemble des participants engagés dans cette démarche, il s’agissait ensuite de trouver une action pertinente à financer.

Le choix s’est porté sur l’équipement en panneaux solaires pour l’éclairage d’une école rurale du Burkina Faso. Dans ce projet, il s’agit surtout d’éviter l’achat d’un groupe électrogène au fuel, très polluant, et de réduire les déplacements quotidiens des élèves pour faire leurs devoirs, qui doivent se rendre en mobylette à la ville voisine vers des lieux éclairés (la nuit tombe tôt en Afrique). L’impact carbone de l’installation elle-même, qui peut fonctionner 30 ans (sauf les batteries) est considéré généralement amorti en 3 ans. Un montant de 7500 € a ainsi pu être attribué, via « Greening Africa Together (GATo), une Organisation Non Gouvernementale qui coordonne de nombreux projets écologiques à travers l’Afrique en partenariat avec Humanité Nouvelle, et à l’association Alle Hand in Hand (AHH) qui prend en charge les travaux d’équipement. La suite >