Que fait Catherine en tant que chercheuse ?

Que fait Catherine en tant que chercheuse ?

Source : Andreashorn/Wikipedia, CC BY-SA

Il y a quelques jours, nous avons publié une réflexion de Catherine Belzung sur la bioéthique et le dialogue ; aujourd’hui nous voulons la faire connaître par cette question : Que fait Catherine en tant que chercheuse ? Elle est spécialisée en neurosciences.

Deux occasions nous sont données :

  • L’article « Stimuler les neurones du cerveau peut-il améliorer ses performances ? » est publié dans le cadre de la Fête de la Science (du 5 au 13 octobre 2019 en métropole et du 9 au 17 novembre en outre-mer et à l’international).
  • Une série d’émissions « La vie est un art » conduite par Bénédicte Draillard sur RCF : « Comment lutter contre la dépression ? »

L’article « Stimuler les neurones du cerveau peut-il améliorer ses performances ? » peut être lu sur le site www.echosciences-centre-valdeloire.fr

L’émission de 25 mn peut être entendue sur l’antenne de RCF de sa région pour ceux qui ont un émetteur ou sur le site https://rcf.fr/ecouter le lundi 21/10 à 16 heures ou le jeudi 24/10 à 13h30 ou le dimanche 27/10 à 20 heures ou, ultérieurement, en baladodiffusion (podcast, en anglais).

Labo de la Fraternité

Labo de la FraternitéIntéressons-nous au travail du Labo de la Fraternité.

Après la terrible année 2015, le Labo de la Fraternité a été créé pour rassembler les forces qui construisent des anticorps face à la haine et au terrorisme. Le Labo de la Fraternité est piloté par 8 organisations fondatrices et rassemble aussi 12 autres acteurs de la fraternité. Un outil important est son Baromètre de la fraternité.

Depuis 2016, le Labo observe les réactions et le comportement des Français vis à vis de la fraternité, de la diversité, du vivre ensemble. nous ressortons, ici, quelques résultats qui peuvent inspirer notre propre action en l’enrichissant de ces informations.

Labo de la fraternité

Cliquer sur le graphique pour l’agrandir

Ce Baromètre nous révèle que si près de 70 % des français considèrent leur pays comme généreux, seulement un peu plus de la moitié le considèrent comme fraternels et deux tiers des Français expriment encore une méfiance envers autrui. La suite >

L’accueil d’une famille de réfugiés

L'accueil d'une famille de réfugiés

La maison d’accueil et Philippe

C’est l’histoire de l’accueil d’une famille de réfugiés albanais. C’est une histoire qui commence au début de juillet 2017. Peut-être même avant, lorsque la décision a été prise de quitter l’Albanie, disant au-revoir à leurs amis des Focolari, là-bas ; la vie y étant devenue impossible pour eux.

Les obstacles qu’ils ont rencontrés sur leur chemin au début (panne de voiture et divers changements) « ne les ont pas détournés de la route » selon l’expression du père de famille. Partis sans adresses et avec les seuls numéros de téléphone en Albanie, c’est providentiellement qu’ils se sont retrouvés accueillis dans la communauté des Focolari de Châtillon, en région parisienne. Ils y sont restés plusieurs semaines.

Le signe pour la communauté du nord de la Vendée

La suite – et le début pour nous – se déroule au cours du rassemblement des Focolari de 2017, à Ploërmel. Bernard, de la communauté de Châtillon, présente la situation et suggère à Philippe que la famille serait bien accueillie en Vendée. Après quelques jours, celui-ci a estimé pouvoir recevoir la famille chez lui et il engage un plan : il écrit à quelques personnes de sa paroisse et il pose la question de confiance à nous, de la communauté Focolari du nord de la Vendée : « Si je réponds positivement à Bernard, m’accompagnez-vous ? ».
La suite >

Bioéthique et dialogue

Bioéthique et dialogueEn cette époque où les tensions sont vives sur différents sujets de société, nous publions ici le texte de l’intervention qui a été faite par Catherine Belzung pour un groupe qui travaille sur les intérêts de la fraternité. Donnée en mai 2018 alors qu’approchait le débat sur la bioéthique, elle a situé son intervention dans le contexte : Bioéthique et dialogue.

En préambule, elle signifie qu’elle ne se prononcera pas de façon définitive sur une originalité en termes de contenu anthropologique mais que le point de vue qu’elle veut défendre est la promotion du dialogue entre personnes de convictions différentes. L’originalité réside donc avant tout dans la méthode, et dans son but : la recherche de l’unité. 

(Pour ceux qui préfèrent la lecture sur papier, un fichier PDF est téléchargeable en bas de page.)
La suite >

Comment inventer des liens dans une France fracturée ?

Comment inventer des liens dans une France fracturée ?Refaire société. Comment inventer des liens dans une France fracturée ? Les 16 et 17 novembre 2019 à l’Université Catholique de Lille.

En 2019, les Semaines sociales, dans un dialogue constant avec d’autres acteurs sociaux, prévoient de dresser un diagnostic qui mette en lumière les failles de notre société, mais aussi les expériences qui marchent, qui recréent du lien entre les personnes et construisent un monde plus équitable.

[Mise à jour du 01/10/2019] :

La suite >