Europe : c'est le moment d'en parler - 19Europe : c’est le moment d’en parler – 19. La réflexion du jour.

Dans la revue italienne « La Civiltà Cattolica », une déclaration du Président des évêques de l’Union Européenne : les populismes veulent éloigner des vrais problèmes en organisant des danses autour d’un veau d’or.

L’auteur de cet article est l’archevêque de Luxembourg et président de la Commission des épiscopats de la Communauté européenne (COMECE). S’exprimant de son autorité de président et avec une approche pastorale, Mgr Jean-Claude Hollerich examine la situation sur le Vieux Continent et évalue en perspective les élections qui auront lieu pour le renouvellement du Parlement européen du 23 au 26 mai 2019. Dans son analyse pénétrante, l’article fait le point sur le processus d’intégration européenne, sur les populismes qui l’ont sapé en suscitant la peur, sur le débat sur « l’identité » qui ne peut se réduire à un passeport, sur l’importance de la démocratie, et sur d’autres sujets. L’auteur conclut en affirmant que l’intégration européenne doit s’opérer en faveur du citoyen et préserver la paix dans un monde plus dangereux que jamais.

Le long texte est en italien, faute d’une traduction complète, voici celle de la conclusion :Europe : c'est le moment d'en parler - 19

« La politique européenne doit une fois de plus placer l’homme au centre de l’action politique, avec ses aspirations et ses espoirs. L’intégration européenne doit une fois de plus montrer qu’elle est pour l’homme et qu’elle cherche à préserver la paix dans un monde plus dangereux que jamais.

C’est pourquoi notre continent doit travailler sur ses fondations. L’appel est toujours là pour réaliser une Europe qui tienne compte de ses différences : des différences qui sont un véritable enrichissement. La réconciliation entre l’Europe occidentale et l’Europe centrale n’a pas encore été réalisée. Le dialogue entre Européens pourrait conduire à une nouvelle liberté.

Profitons des élections au Parlement européen pour jeter de nouvelles bases pour l’Europe. Parce que l’Union Européenne est en faveur de l’homme européen et est un facteur de paix dans le monde.

Pour l’Église, il s’agit d’accompagner ces rêves et ces espoirs avec une plus grande conscience qu’elle n’existe pas pour être servie, mais pour servir. Enfin, cet engagement est une opportunité pour la nouvelle évangélisation. N’oublions pas : nous ne pouvons rencontrer Dieu que dans le monde réel.« 

Sources : www.facebook.com/Europetimetodialogue et www.laciviltacattolica.it pour le texte complet en italien

0 0