Des échos de la summerschool de Fraternaide : cette journée rassemble, à la veille de chaque rentrée scolaire, les membres du collectif Fratern’Ed et leurs collègues, enseignants et éducateurs (au sens le plus large), qui s’engagent à développer la fraternité en éducation par l’expérimentation et la réflexion.

Cette année, cette journée du 30 août était intitulée « Frère et Paix, l’éducateur du XXIe siècle ». Elle avait pour invité d’honneur, Carlos Palma, coordinateur de Living Peace, réseau international d’éducation à la paix.

Près de trente personnes ont participé à la journée.

Une partie ludique… pour lâcher prise

Annie Boiteau,  par des exercices ludiques, drôles et originaux, assurait les transitions, invitant chacun à respirer. « Il n’y a de respiration possible qu’après avoir soufflé, donc avoir vidé ses poumons. De manière symbolique, s’être débarrassé d’un trop-plein, lâcher prise… » . Le groupe s’est ainsi fondé dans la bonne humeur et la sérénité.

Un projet pour la paix et la fraternité

Carlos Palma et Pierre Benoit ont développé chacun une réponse à la question : pourquoi avoir choisi un projet pour la Paix ?… la Fraternité ?

Une convergence : dans les deux cas, le projet est une réponse à une situation de crise.

Carlos, vivait et travaillait  au Moyen Orient depuis des années, jusqu’au jour où il a réalisé que les jeunes dont il avait la charge, ignoraient ce que pouvait être une situation de paix. Cette prise de conscience a présidé à la naissance de Living Peace International. Son credo : « La Paix n’est pas le contraire de la guerre : c’est une attitude intérieure qui imprègne toutes nos relations ».

L’association Fraternaide, quant à elle, est née de la réaction à la violence d’une bagarre entre jeunes. Pierre Benoit explique pourquoi avoir choisi de réagir sous l’angle de la fraternité : « Cette valeur est inscrite dans notre devise : pour les Français elle a des racines et répond à des attentes. Par ailleurs le mot projet implique qu’on se projette : comme éducateurs et enseignants nous sommes dans le programme, la planification – parfois jusqu’à la pression. Le projet relève du futur. L’à-venir vient de ce qui sera : il fait place à l’inattendu, à l’inespéré. Living Peace et Fraternaide relèvent toutes deux de cet inattendu… et essaient de l’inscrire dans un projet qui le rende réel ».

Puis les participants ont été sollicités pour réagir, proposer leur expérience, partager leurs convictions. Paix et Fraternité se répondent ; il ne peut y avoir l’un sans l’autre.

Et aussi, le réseau Living Peace

L’après-midi a permis de prendre la mesure du réseau Living Peace : plus de 650 000 jeunes dans 150 pays et une cinquantaine de structures internationales partenaires. Une méthode  essentiellement basée sur deux outils  « le dé de la paix » et le « Time Out ». Le « Time Out » c’est minute de silence et/ou de réflexion, pour la paix, chaque jour à 12h, heure locale.

Les buts de la summerschool : mettre tous les protagonistes en réseau et créer des synergies, par le partage, d’expériences, de dessins, de mandalas… Un mot d’ordre :  se servir du travail que font déjà les éducateurs et les enseignants pour donner du sens à la Paix.

Un outil pour la suite : le blog de Fraternaide

Le blog de Fraternaide a été retravaillé et toiletté par Arthur, quinze ans, convaincu de l’importance de la fraternité. Il a rejoint le groupe et c’est avec une grande maitrise qu’il nous a  présenté le fruit de son travail. Il a été chaleureusement remercié par les participants, conscients de disposer désormais d’un outil leur permettant de communiquer, d’échanger et de mutualiser.

Les impressions de fin de journée sont élogieuses ; chacun repartant en cette veille de rentrée, ressourcé sous « le soleil de la fraternité », pacifié par les exercices proposés par Annie, se sentant citoyen du monde après les interventions de Carlos. Des perspectives et des projets plein la tête…

Pour accéder au blog de Fraternaide, cliquer ici.

0 0