Pour se préparer à voter le 26 mai prochain, un groupe s’est donné un rendez-vous pour comprendre, échanger sur l’Union Européenne. Ils nous font part de leurs travaux.

Comprendre, échanger sur l'Union Européenne

Le 15 avril dernier, alors que Notre Dame de Paris brûlait, un petit groupe se retrouvait, tout brûlant d’interrogations sur l’Europe. Date historique sans nul doute, mais pourquoi pas marquée, elle aussi, par cette rencontre…
Réunie à Paris 15ème, une bonne vingtaine de personnes se sont retrouvées, pour échanger sur l’avenir de l’Europe, à l’occasion de ses prochaines élections.
À l’initiative d’Humanité Nouvelle, des « citoyens de base non spécialistes » ont cherché à communiquer mais surtout partager leur recherche pour connaître les enjeux et mieux se prononcer, lors des futures élections, le tout, à la lumière des valeurs portées par le Mouvement Humanité Nouvelle, expression sociale du Mouvement Focolari créé par Chiara Lubich.

La rencontre a débuté autour d’une présentation de l’organisation actuelle de l’Europe : Conseil, Parlement, Commission, représentation, budget, l’espace Schengen. Rien n’a été épargné pour faire connaître à ceux des participants, qui se sont avoués, nombreux, être assez ignorants de ces questions…

Un regard sur les conclusions de la session récente des Semaines Sociales de France sur les élections européennes et un exposé sur les enjeux européens ont aussi conduit la soirée.

L’exercice, si difficile, de traduire en quelques mots des différents échanges de deux heures de rencontre, conduit simplement à énoncer quelques phrases-clés donnant matière à réflexion :

  1. La reconnaissance de la complexité des instances de l’Europe, tout en gardant à l’esprit que nos députés peuvent cependant y jouer un rôle ;
  2. La nécessité de la révision des traités, qui permettrait une réelle avancée. Mais est-elle possible ?
  3. L’orientation suggérée vers des candidats qui portent l’idée de listes transnationales qui permettraient de faire avancer, même à l’état embryonnaire, la notion d’unité de l’Europe ;
  4. L’évidence que l’Europe n’est encore qu’un bébé qu’il faut faire grandir avec confiance.

Le débat serein de cette rencontre a rejoint l’adhésion totale des participants sur l’existence d’une Union Européenne qui se doit de rester forte et unie face aux dangereux voisinage ou aux interventions possibles de grandes puissances comme la Russie, la Chine, les États-Unis, etc.

Il a aussi, et surtout, ouvert sur une question cruciale : comment surmonter nos lacunes dans la construction de cette Europe et faire en sorte que les jeunes s’approprient cet enjeu fondamental d’avenir ?

0 0