5- Vie sociale et art

Être reconnaissant

Être reconnaissantC’est un épisode qui met en action un voisin envers qui on peut être reconnaissant.

C’est un certain dimanche matin, il y a quelques mois, un matin de 4 novembre. Nous partions pour une fête de famille et nous devions rentrer 3 jours plus tard.

Je descends au sous-sol et rejoins la voiture garée devant la porte de garage.
Je déplace la voiture au bord de la rue avec l’intention de redescendre fermer la porte du garage.
Arrivé devant la maison, j’entreprends de charger les valises.
Nous sommes prêts ! Alors, nous partons.
La porte du garage n’est pas visible de là où est stationnée la voiture.
La suite >

Hommage d’un jeune à ses parents

Hommage d'un jeune à ses parentsC’était il y a quelques semaines, nous avons été invités pour les 30 ans de mariage d’un couple. Au cours de la soirée qui rassemblait une trentaine de personnes – parents et amis – un de leurs quatre garçons a voulu s’exprimer avec sa personnalité et donner de soi, comme ses frères. Il avait préparé un texte que nous appellerons : hommage d’un jeune à ses parents.

C’est avec émotion que nous avons entendu ce garçon dont vous comprendrez, à la lecture, qu’il est porteur d’un handicap. Il a lu le texte qu’il avait écrit lui-même. Ce garçon s’accroche à la vie malgré ses limites : il persévère et il a obtenu son diplôme de paysagiste puis un poste dans une entreprise. Ses parents sont attentifs à le soutenir quand cela se complique pour lui.

Appréciez cette déclaration : La suite >

Chaunu rend hommage à sa manière…

Dans l’édition de Ouest-France de ce mardi 16 avril 2019, le dessinateur-caricaturiste Chaunu rend hommage à sa manière, à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Chaunu rend hommage à sa manière

Journée de la femme

Journée de la femmePour la journée de la femme 2019, voici quelques initiatives de plusieurs d’entre elles découvertes dans les communications du Mouvement des Focolari et recensées par notre ami Guido B.

En Inde, Patricia de Mumbai (Bombay), ancienne joueuse internationale de hockey, découvre un enfant qui vole des portables pour pouvoir manger. Elle l’invite à venir jouer au foot en lui offrant les chaussures, d’autres jeunes viennent aussi et partagent avec lui le repas qu’ils ont apporté. Les enfants n’apprécient pas les noms de leur quartier : « Voleurs de maison », « Voleurs des fruits » ; alors elle donne à chaque quartier un nom de couleur. Elle tient aussi à ce qu’ils aillent à l’école et va même voir leur cahier de notes. Les jeunes disent d’elle : « C’est un ange ».

Au Kenya, Eunice, criminologue, raconte comment elle cherche à comprendre les personnes qui ont fait des délits et comment elle réussit à régler par exemple un vol entre des connaissances. Ses collègues lui avaient dit de mettre le voleur en prison mais elle est allée voir les deux personnes. Le voleur, père de jeunes enfants a été d’accord pour restituer toute la somme et l’autre pour lui pardonner.
La suite >

Comment appréhender cette crise de société ?

Comment appréhender cette crise de société ?Nous nous sommes demandés : comment appréhender cette crise de société ? Une crise qui est apparue sans crier gare.

Un groupe s’est formé sur l’invitation de Frédéric pour échanger sur cette actualité. Le dialogue a eu lieu sous la forme d’une conversation par conférence téléphonique que permet maintenant la technologie. Contrainte ? Oui ! Cette forme fait appel à l’écoute, à la discipline, au respect des règles émises antérieurement ou au début de la séquence. Voici ce qui s’est dégagé de cet échange.

Tout d’abord, on peut dire que les points de vue, les sensibilités se sont exprimés. Les sept présents étaient motivés dès l’annonce de leur participation. Et les analyses étaient différentes :
La suite >